Decap ta la mountagne

Alexis Arette-Lendresse
Décap ta la mountagne, bet leù que-m caù puya
Que m’en boy ta l’Espagne, ta poudé tribalha
Et mié cô qu’a gran pène més es témps qué souns durs
Que boy gagnam l’abiéné en ta tous dus.

L’aryen qui-t-hè héreyte, nou baù pas mas amous
Souben et qui s’empléga, qu’ey praùbé de cansous
You qué t’aymabi praùbé, perqué risqua douma
Et temps qu’én se desraùbe, et hoes d’ayma.

L’amou qui-t-dey amigue, nou-s pod pas amourti
Nou bouy que-m douttes brique, mes abans dé parti
A neyt balhem en gadyé, quaùquas ores d’amou,
Aùbrech tam de courayé et frinestou.

Béroy se you té bayi, la rose det casaù
N’aurès pas qué nou sabi dé qué hen u cabaù
Més lheù qu’as las ahides de coelhé loegn dé you
D’aùtes flous mes aysides per dis tractiou.

Ataù qué devisaben u couple d’amourous
Las ores qué passaben ets propos qu’éren dous
Nou sey d’era crampette, s’aùbri et countrében
La ma de l’amourette, ou lheù et ben.

Ets gouyats d’ère sorte, qu’an sayat dé tout temps
Ta nou passa ra porte, de puya per estrems
Sermens de mille lègues, qué n’an heyt mey qu’aco
Eras drolles drin pègues qu’an maù dé cô.

Mes pla de gouyatétes, qué saben la cansou
Sé nou hen las abances qué crey qu’an drin résou
Touts es boulurs d’iranges, qué guignen et beryè
Mes la flou qu’aus desranyé det iranyé..

Qué soy coum tu béroye ! L’amou qué-m hè souffri
Déra mes fière toye, et frut qué bouléri…
La flou qui-t’embriague, qué l’aùras quan t’ey dit
Més quan ayi éra bague, passade en dit.

Fermer