La chasse au lièvre



A l’orient, je vois briller l’aurore
Debout chasseurs, il est temps de partir
Déjà j’entends une trompe sonore
Au fond des bois tout au loin retentir.
Et la nature (et la nature)
Au doux murmure (au doux murmure)
Paraît en fête ce matin (ce matin)
Les alouettes et les fauvettes
Lancent au cieux des roulades sans fin..
Dans les prés verts, sur l’herbette là-bas (là-bas)
Le lièvre encor’se livre à ses ébats (à ses ébats)
Allons debout (allons debout)
Gais compagnons (gais compagnons)
Venez tous trinquons et partons !
Vos chiens à perdre haleine
Fouillent avec grand soin,
Des bois et de la plaine
Le plus petit recoin !
Tra la la la la ….

Quand devant nous fuit un lièvre rapide
L’ardent Taïau fait entendre sa voix
Et sur ses pas toute la meute avise
Part, chasse et court et vole dans les bois.
Le lièvre ruse (le lièvre ruse)
Mais il s’amuse (mais il s’amuse)
Contre Taïau, point de remparts (de remparts)
Nouvelles marches et contremarches
Brouillant ses pas, enfin le grison part.
Nos chiens trompés cherchent avec fureur (avec fureur)
Trouvent la piste et partent pleins d’ardeur (pleins d’ardeur)
Chasseurs en l’air (chasseurs en l’air)
Et l’œil au guet (et l’œil au guet)
Postons-nous, que chacun soit prêt
Le bruit sous la ramée
Se rapproche de nous
Et la troupe animée
Débouche ami à vous !
Tra la la la la ..

Dans le concert des voix retentissantes
Vient se mêler un accord éclatant
La poudre tonne et des traces sanglantes
Suivent bientôt le lièvre haletant
Pour se soustraire (pour se soustraire)
A ce tonnerre (à ce tonnerre)
Rasant le sol il fuit en vain (fuit en vain)
D’une arme sûre, une blessure
Le jette alors, mourant sur le terrain…
Il est à nous, bravo pour les chasseurs (les chasseurs)
Que les échos répètent nos clameurs (nos clameurs)
L’adroit tireur (l’adroit tireur)
Et triomphant (et triomphant)
Poursuivant la chasse gaiement
Volez, troupes fidèles,
A de nouveaux exploits
Quand à nos voix se mêle
Le cor au fond des bois
Tra la la la la …

Fermer