U bilatje ignourat

Aurenda Capdegelle (1936)

De bou maïti quan era oùbeta
Caï doucemen sus et vallou
Que men boy coeille éra aygueta
De quins é quau tara maisou.

Dites dites o ma mignonne
L'aimez-vous votre vallon
Dites dites comme il se nomme
Et où est située votre maison.

En u païs plé dé berdure
Et d'auben fret ey abritat
Et mie bounhur toustem murmura
En u biladye ignorat.

Parle, parle de ton village
Serait-il donc tant ignoré
Parle parle de mon présage
Qui est le bonheur désiré.

Entre mey Tarbes et Bagneres
Ourdiza qu'ey ta pla plaçat
Que ya houres et castagnères
Si hai de tout a boulentat.

Cherche cherche d'autres avantages
Qui amélioreraient ma vie
Cherche cherche pour tous les âges
Un peu d'aisance pour vivre ici.

Pouyat moussu en t'at calvaire
A quiou beroy dela et térrè
Era lana devan l'ayguere
Et sacreco et bos darai.

Quitte quitte ton petit village
Dans mon Paris viens avec moi
Quitte quitte ton cher bocage
Et abandonne ton patois.

Oui mes ço quim tie hère hère
Nou tem podes pas hai ua aidia
Quaouem tabé era goutaoulera
Et papa qu'èra oulassè.

Reste, reste toujours fermière
Humble paysanne d'Ordizan
Reste reste dans ta chaumière
Le bonheur y est abondant.

Quaouem esclops enta caoussura
Mes que sabem pourta soulies
Que minyam pla soubem garbura
E toustem séram oulassès.

Allons bien vite à la charmille
La solitude à tous les deux
Nous fera vivre votre idylle
Ainsi que de vrais amoureux.

Fermer