Ne ferme pas tes yeux Ninon


Les nuits de printemps, la lune d’argent ,
Les étoiles d’or, la nuit embaumée,
Font que les amants s’en vont tendrement
Rôder sous les toits ; de leurs bien aimées,
Ninon ma Ninon, entends-tu ma voix
Folle, paresseuse , endormie peut-être
Les beaux jours sont courts, et l’amour est roi
A ton amoureux ouvre la fenêtre.

Refrain ;
Ne ferme pas tes yeux encore,
Je vais te dire des folies,
Et tes yeux bleus font un décor,
Où brillent tes lèvres jolies,
Donne-moi ton baiser d’amour,
Et dans une étreinte suprême…
Je veux te dire encore oui
Toujours « je t’aime ».

Ninon c’est l’été, on va s’en aller,
Courir par les bois, les monts, et la plaine
Non, je veux rester où tu m’as aimée
De quitter chez nous ce serait trop de peine
Comment toi Ninon, qui aimait le soir
A rire à chanter, folle de jeunesse
Déjà tu t’endors et me dis bonsoir
Ton cœur est-il las, de notre jeunesse.

Vers les mimosas de la Riviera
Ninon est partie, un beau soir d’automne,
Visage pâli, les yeux agrandis
Telle qu’à l’église on voit la madone
Ninon va mourir et son pauvre amant
Cherche au fond du cœur des mots qui consolent
Nous irons tous deux dans les lilas blancs,
Danser tous les deux une farandole.

Fermer