Suu cami de cante l'ausete

Fuis le printemps, passe le temps,
Vienne l’automne, rien ni personne
Ne m’a fait oublier,
Ce vieux chemin où le jasmin
Etait sauvage : nous avions l’âge
Des gens à marier !

Sou cami de cante l’ausete
Sentibe bôu à embaumâ !
Que’t rencountréy ma béroujete
E qu’em hiquey biste à t’aymâ !
Hens de las mâs ue floureta
Que t’àbè heyt hère de gay,
Aquet permé matï de May,
Suu camî, suu camî
Suu camî de cante-l’ausete !

Sur le chemin Chante-Alouette
Qui sentait bon à embaumer,
Je t’ai trouvé si joliette
Que je me suis mis à l’aimer !
Entre tes mains une fleurette
Ta faisais plus jolie encore
En ce mois de Mai pour décor,
Sue le joli chemin,
Le chemin de Chante-Alouette !

Il est resté en sureté
Dans ma mémoire, et je veux croire
Qu’il y sera toujours
Ce vieux chemin au doux jasmin
Encor sauvage, qui garde l’âge
De nos belles amours !

Qu’aurey toustem ue pensade,
Toustem que m’en soubienerey,
D’aquere beroje soirade :
Jamey nou la desbrounbarey !
Qu’ey hey taquera cansounete
D’u cô leuiè e amourous,
Quoan se hasem cauques poutous,
Suu camî, suu camî
Suu camî de cante-l’ausete !

Je garderai pensée heureuse
Tant que j’aurai le souvenir
De cette soirée merveilleuse :
D’y penser m’y fait revenir !
Et j’ai fait cette chansonnette
D’un cœur léger et amoureux
Ainsi que nous étions tous deux,
Sur le joli chemin,
Le chemin de Chante-Alouette !

Fermer