Bèth cèu de Pau

Bèth cèu de Pau, quan te tornerèi véder ?
Qu’èi tant sofèrt despuish qui t’èi quitat.
Si’m cau morir shens te poder revéder,
Adiu bèth cèu, t’aurèi plan regretat.
Qu’aurí volut, Biarn, cantar ta gloèra,
Mès ne poish pas car que soi tròp malaut.
Mon Diu, mon Diu, deishatz-me véder enqüèra
Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau.
Mon Diu, mon Diu, deishatz-me véder enqüèra
Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau.

Beau ciel de Pau, je te revois en rêve,
J’ai tant souffert lorsque je t’ai quitté.
Je le sens bien, la vie en moi s’achève
Et tous les jours, ah, je t’ai regretté.
J’aurais voulu, Béarn, chanter ta gloire,
Je ne le peux, touché par tant de maux.
Je vais mourir sans chanter ton histoitre,
Beau ciel de Pau, beau ciel de Pau.
Je vais mourir sans chanter ton histoitre,
Beau ciel de Pau, beau ciel de Pau.

J’étais un soir dans ma triste chambrette,
Je respirais le parfum du printemps,
En souriant, avril venait de naître,
L’hiver fuyait, laissant place au beau temps.
Lorsque soudain une pauvre hirondelle
Poussant un cri, tomba près de l’ormeau.
Entre chez moi, nous parlerons ma belle
Du ciel de Pau, du ciel de Pau.
Entre chez moi, nous parlerons ma belle
Du ciel de Pau, du ciel de Pau.

Fermer