Era canta de jan

Arré n’aura cambiat et sounje
Qué Yan hasou ù sé d’estiù
Quan l’oumpre dets cassous s’alounje
Maria qué l’abé dit : « adiù. »
Qué s’en soubié encoère,
L’oelh cla qué proumétè bounur ;
A l’ore brune, b’ère leuyère,
L’esquère dens l’ayre d’azur.

Au coin du bois où bleuit l’ombre
Jean se mit à rêver le soir..
Les jours peuvent venir sans nombre
Quand l’amour emplit le cœur d’espoir !
Il crut qu’elle serait douce
La vie auprès de Maria
Dans l’âme simple grandit et pousse
L’espoir qu’un regard y accrocha.

Mès partides aù bén det mounde
Las gouyates né tournen pas
Yan sensé plous-n’ey pas u counde-
Oùn bayou qu’ey toustem démourat
Qui ba poudé coumpréne
Sé parli d’ue cante d’amour ?
Pets camps, per case, tribalhs é pène
Dé Yan tout soul, qu’ey la cansou. (bis)

Fermer