Sur trois brins d’oranger



Sur trois brins d’oranger
La belle s’est endormie
Plus blanche que la neige
Plus belle que le jour
Ce sont trois capitaines
Qui lui ont fait la cour
Le plus jeune des trois
L’a prise par sa main blanche
Montez montez la belle
Sur mon cheval grison
A Paris je vous mène
Joindre mon bataillon.

Quand elle fut à Paris
L’hôtesse lui, demande
A dites-moi la belle
Dites-moi sans mentir
Etes-vous ici de force
Et non de vos plaisirs
J’en suis ici de force
Et non de mon plaisir
Ce sont trois capitaines
Qui m’ont dit d’y venir.
Mangez buvez la belle
Soignez votre appétit
Avec ce capitaine
Vous passerez la nuit.

Quand la belle entend cela
Elle tomba raide morte
Sonnez sonnez trompettes
Clairons du régiment
Puisque ma belle est morte
Mon cœur en est autant
Où l’enterrerons-nous
Cette belle princesse ?
Là-bas, sous le grand chêne
Qui borde le chemin
Où le rossignol chante
Du soir jusqu’au matin.

Cinq à six jours après
Son père s’y promène
Ouvrez ouvrez la porte
Cher père bien aimé
J’ai fait trois jours la morte
Pour mon honneur garder
Si tu as fait cela
Tu es une fille sage
J’ai trois écus en poche
Je te les donnerai
Avec ce gentilhomme
Je te marierai.

Fermer