Le joueur de pipeau



Ce n’est pas un mauvais garçon
Un peu fleur bleue, un peu poète
Mais un jour il s’est mis en tête
De vouloir vivre à sa façon
Depuis ce jour à la grand messe
Personne ne l’a jamais revu
Il paraît qu’il est parti de chez lui
Sans laisser d ‘adresse.

Il habite là haut, perdu dans la montagne,
Le soir quand il fait beau, un grand chien l’accompagne
De prairies en ruisseaux, le joueur de pipeau
Et puis de temps en temps redescend au village
Il connaît les enfants et les bergers sans âge
Tout au fond du bistrot, pour un verre de blanc
Il joue sur son pipeau, la mélodie du vent.

Il habite là haut, à toucher les étoiles,
Le sommet est si beau quand la brume le voile,
C’est son plus beau cadeau, au joueur de pipeau
Et puis de temps en temps, lorsque les cloches arrivent,
Ranimer le printemps près des cascades vives
Les yeux sur l’horizon, écoute les oiseaux
Il écrit leurs chansons, le joueur de pipeau.

On l’enterrera là, près des sommets immenses
Personne ne viendra, pour troubler le silence
De l’éternel repos, du joueur de pipeau
Mais il se peut qu’un jour la brise accompagne
Une chanson d’amour venue de la montagne
Et les vieux vous diront, ici quand il fait chaud
On entend la chanson du joueur de pipeau (ter).

Fermer