Retorn au païs

(Jan d’Estiu, Loís de Porte-Labit)

Salut bèth cèu, salut hauta montanha,
E salut, ò ma vielha maison !
Que’t sòi tornat, bigordana campanha,
Ta passar dab tu ma darrèra sason.

Qu’eri partit au temps de la joenessa,
Ent’au París de las illusions.
Que’n èi avut, qu’at disi dab tristessa,
Longs plors mei que plaser de bona faiçon !

Atau se’n van las beròias anadas,
Shens trobar lo bonur tant cercat.
Ací au mens son imatjas aimadas,
Deu bèth atge desempuish longtemps passat.

Salut beau ciel, salut haute montagne,
Et salut, ô ma vieille maison.
Je suis revenu, campagne bigourdane,
Pour passer avec toi ma dernière saison.

J’étais parti au temps de ma jeunesse,
Pour le Paris des illusions.
Il n’y a eu, je te le dis avec tristesse,
Plus de longs pleurs que de plaisirs, de toute façon.

Ainsi s’en vont les belles années,
Sans trouver le bonheur tant recherché.
Ici au moins il y a des images aimées,
Du bel âge depuis longtemps passé.

Fermer