Mon Pays

Gardez vos armes et vos prisons
Provoquant larmes et trahisons
Cessez vos guerres, vos discussions
Gens de la terre, plus de béton.

Refrain:
Mon Pays, mon Pays,
Longtemps encor aux bords des sentiers
Que les fleurs, les parfums de l’été
Renaissent et ne meurent jamais, jamais
Mon Pays, ton pays, nos Pyrénées.

Pourrions nous vivre sans papillons
Ni chants de merle ni de pinsons,
Si les bergères sont sans moutons,
Est-ce la faute à nos chansons?

Sur la montagne, le jeune isard
Joue sur la glace, loin des pillards,
Les pâturages sont verdoyants
Les troupeaux calmes, mais jusqu’à quand ?

Dans sa cabane, le vieux berger
Vide sa “banne”, bien attristé,
La perdrix blanche, sur les sommets,
Pleurent en silence, où est donc l’été ?

Sur les hauts chênes, bel écureuil
Reviens sans haine, lourd est mon deuil,
Un jour peut-être, fourches et fâneurs
Prendront revanche sur les tracteurs.

Fermer